Nouveau produit de traitement pour les plantes et de lutte contre certains bioagresseurs
notamment les pucerons, les aleurodes, les tigres, les psylles, les cochenilles, ...
    Absolument sans aucun danger pour les abeilles    

Pour une meilleure vision de l'ensemble, cette page est optimisée pour un écran de 17 pouces environ.
traitement bio anti pucerons

Ce produit ne contient aucun insecticide ou autre pesticide.
Il peut remplacer,  aussi,  des   néonicotinoïdes.

Le produit contient au moins une substance inhibitrice naturelle ou synthétique, identique à celle que des bioagresseurs, notamment les pucerons, injectent dans la plante hôte et qui inhibe les défenses naturelles de cette plante.

Dans le produit, cette substance est inactivée soit par chauffage soit par un moyen chimique.

Lorsque la plante reçoit le produit par pulvérisation, par injection ou par trempage, elle déclenche ou développe des défenses naturelles qui lui permettent d'éliminer complètement
ces bioagresseurs en quelques jours.

On peut comparer l'introduction de la substance inhibitrice inactivée dans la plante à "une sorte de vaccination" avec des germes inactivés pour un humain ou un autre vertébré,
vaccination avec un produit "doux" ne contenant pas d'additif suspect ou dangereux pour les humains, la faune ou la flore locales.
De la même façon qu'une vaccination d'un humain ne fait pas de lui un OGM, le génome de la plante traitée n'est pas modifié, elle ne devient pas un OGM mais elle exprime ses défenses naturelles présentes à l'origine en elle.

Comme il existe différentes substances inhibitrices, sous forme inactivées, plusieurs peuvent être présentes dans un même produit de traitement des plantes.

Le produit permet la lutte contre les effets destructeurs, par leur action directe, de certains bioagresseurs et contre la dissémination de maladies d'une plante malade à une plante saine.

Le produit peut être considé comme   biologique,   biodégradable,  il devrait donc être aussi utilisable proche des lieux sensibles comme les hôpitaux et les écoles.

Utilisable en traitement préventif ou curatif.

        Différences avec un traitement classique par un insecticide:

        Avec un insecticide classique:
        - il faut pulvériser sous les feuilles et partout où sont les bioagresseurs et re-pulvériser après une grosses pluie,
        - ça détruit indistinctement même les insectes utiles comme les coccinelles, les chrysopes et autres carabes ou syrphes,
        - un pesticide reste dispersé dans la nature.


Après avoir identifié les bioagresseurs les plus virulents et les plus génants, par type de culture et pour chaque région, il est possible de proposer un mélange de substances inhibitrices inactivées pour un traitement préventif en début de saison, pour les jardins et pour les grandes cultures.

   Avec un traitement approprié, sans pesticides, le nombre de bioagresseurs doit diminuer, dans les zones traitées, jusqu'à la disparition complète par manque de reproducteurs dans les générations futures.

     Et  sans atteinte à la biodiversité  puisque seule l'espèce visée est détruite sur ces zones traitées.

Ce nouveau traitement se fait par UNE SEULE pulvérisation seulement sur quelques feuilles, la plante se débrouille ensuite pour lutter seule contre la ou les espèces de bioagresseurs piqueurs-suceurs ciblés et elle le fait très bien quand on l'a aidée à lancer ses défenses naturelles puisque ces bioagresseurs sont détruits à 100% par la plante hôte surtout par la production de callose et/ou de lignine ce qui lui permet aussi de capturer ces bioagresseurs qui ne peuvent plus ni se nourrire ni se déplacer.


Inutile de pulvériser le produit sur les insectes
qui sont souvent cachés sous les feuilles.

Il suffit de pulvériser sur quelques feuilles
de la plante pour que ses défenses naturelles
agissent dans toute la plante.



Le jour "J" correspond au premier jour du traitement qui se compose d'une seule pulvérisation du produit.
Les jours suivants, on laisse les défenses naturelles de la plante se développer et on observe les résultats.

Bien sûr, il n'y a aucun trucage, ce serait sans intérêt, d'autant que les effets sont facilement reproductibles.



Traitement d'un rosier:
   cliquer sur les photos pour voir l'évolution
TRAITEMENT anti pucerons
Traitement anti-pucerons
Traitement d'un pommier:
   cliquer sur les photos pour voir l'évolution
anti pucerons
Traitement anti-pucerons
Traitement d'un tremble:
   cliquer sur les photos pour voir l'évolution
traitement pucerons
Traitement anti-pucerons
Traitement d'un prunier:
   cliquer sur les photos pour voir l'évolution
pucerons prunier
Traitement anti-pucerons
Traitement d'une capucine:
   cliquer sur les photos pour voir l'évolution
pucerons capucine
Traitement anti-pucerons
Traitement d'un laurier rose:
   cliquer sur les photos pour voir l'évolution
pucerons Aphis nerii laurier rose
Traitement anti-pucerons
Traitement d'un cognassier:
   cliquer sur les photos pour voir l'évolution
pucerons noirs
Traitement anti-pucerons
Traitement d'une capucine:
   cliquer sur les photos pour voir l'évolution
aleurodes
Traitement anti-aleurodes
Traitement d'une autre capucine:
   cliquer sur les photos pour voir l'évolution
aleurodes
Traitement anti-aleurodes
Traitement d'un pied de tomate:
   cliquer sur les photos pour voir l'évolution
traitement aleurodes
Traitement anti-aleurodes
Traitement anti-tigre sur pommier:
   cliquer sur les photos pour voir l'évolution
Traitement anti-tigres
Traitement anti-psylles sur laurier-sauce:
    cliquer sur les photos pour voir l'évolution
Traitement anti-psylles
Traitement anti-pucerons sur néflier:
   cliquer sur les photos pour voir l'évolution
Traitement anti-pucerons
Traitement d'un autre pommier contre une autre espèce de pucerons:
    cliquer sur les photos pour voir l'évolution
Traitement anti-pucerons
Traitement d'un robinier (faux acacia) contre des pucerons
    cliquer sur les photos pour voir l'évolution
Traitement anti-pucerons
Traitement d'un cyprés contre des cochenilles
   cliquer sur les photos pour voir l'évolution
Traitement anti-cochenilles



Chaque essai ayant des résultats spectaculaires, ce nouveau traitement sera aussi testé sur d'autres insectes ou arachnides grands ravageurs de cultures.



Protégé par brevet international (PCT) ce produit de traitement bio n'est pas encore commercialisé

Possibilités de licences ou de cession de brevet


Nous vous invitons à réaliser vous-même des essais, en vraie grandeur, sur le terrain, avec des plantes abritant des bioagresseurs, par exemple des pucerons ou des aleurodes etc...
Que ce soit en serre ou en extérieur.
Chaque essai dure au maximum 15 jours.
Plusieurs essais peuvent être réalisés simultanément.


        contact
          Accueil