Traitement d'un autre robinier (faux acacia) contre des pucerons
test sur la transmission du vaccin par les racines



jour J
Un petit acacia issu d'une racine traçante, l'autre
en arrière plan a aussi des pucerons, il n'a pas été
traité pour vérifier si l'information du vaccin se
communique par les racines, supposées communes,
d'un acacia à l'autre.

jour J
Le même acacia vu de plus près.

jour J



jour J

jour J
L'autre petit acacia tout proche, sorti spontanément et sûrement issu des mêmes racines.
Il n'a donc pas reçu de traitement.








jour J+2

jour J+2

jour J+4

jour J+4



jour J+5

jour J+5
Encore des fourmis qui cherchent les pucerons.
Mais des pucerons, on n'en voit plus, seules restent des exuvies.



jour J+5
Des fourmis et des pucerons mais moins de pucerons.


jour J+5


jour J+7=8 jours de réactions

jour J+7=8 jours de réactions
Au 8éme jour depuis la vaccination, les pucerons ont disparu du plus grand acacia.
Des fourmis sont encore présentes car elles participent à l'envahissement par les pucerons en les transportant dans des zones où il n'y en a pas encore.
Mais, même si elles trouvent des pucerons ailleurs, la plante empêche leur implantation.
Après la vaccination, la plante se protège elle-même pendant toute la saison active.

Le petit acacia, non vacciné, s'est lui aussi débarrassé des pucerons.
Ce qui tendrait à prouver qu'il est issu de la même racine traçante et que l'information est passée d'un arbre à l'autre.
Il s'agit uniquement d'une information car l'autre acacia a été vacciné avec quelques gouttes (pas de brouillard de pulvérisation pour ne pas sortir de la zone à traiter) d'un produit fabriqué à partir de 4 pucerons, grandement dilué, autant dire une quantité insignifiante de produit actif.

Et ce ne peut être que l'information, produite certainement au niveau des feuilles, qui circule dans la plante et qui déclenche sa réaction foudroyante contre le bio-agresseur qu'elle n'aurait pas détecté sans la vaccination.

Cette configuration de plusieurs plantes issues de mêmes racines traçantes est très rare dans les cultures. Cette possibilité n'a pas été testée avec les stolons des fraisiers qui font communiquer plusieurs plantes.
Il serait bien-sûr intéressant d'analyser de manière fine les réactions dans la plante au moment de la vaccination mais ces études n'ont pas encore pu être réalisées. Cependant nous pouvons profiter des bénéfices de la vaccination.

Dans les jours suivants, le grand acacia, très affecté par l'attaque des pucerons, devrait pouvoir consacrer une partie de sa sève à revitaliser ses feuilles.
A suivre .

Retour à la page "traitements"